Ventilation hygroréglable: Le projet Performance 2 évalue la durabilité de ces systèmes pour le logement de demain

e Cerema, pilote du projet Performance 2, évalue la durabilité des systèmes de ventilation hygroréglables dans des logements construits il y a plus de 10 ans, à partir de mesures de polluants et de paramètres de confort caractéristiques de l’environnement intérieur. Ces mesures apporteront de premières données sur la durabilité et la robustesse de ces systèmes de ventilation low tech et économes en énergie, inventés en France et qui pourraient être diffusés plus largement.

Dans le cadre du projet de recherche national Performance 2, lauréat de l’appel à projet “Vers des bâtiments responsables – édition 2020” de l’ADEME, le Cerema intervient sur deux bâtiments de logements pour évaluer les performances réelles de leur système de ventilation hygroréglable, installé depuis la construction des bâtiments il y a plus de 10 ans.

QUELLE EFFICACITÉ SUR LE LONG TERME DES SYSTÈMES HYGRORÉGLABLES?

Ces systèmes de ventilation, qui sont très fréquents dans les logements depuis les années 80, consistent à adapter automatiquement les débits d’air en fonction du taux d’humidité relative des pièces. Cela permet de moins ventiler et donc réduire les consommations d’énergie lorsqu’il n’y a pas de génération d’humidité, mais aussi de plus ventiler après une douche par exemple ou pendant les temps de cuisine. Ces systèmes, inventés en France, font partie des systèmes de ventilation intelligente qui émergent un peu partout dans le monde.

Cependant aujourd’hui, aucune donnée n’existe sur la durabilité de ces systèmes et sur leur robustesse vis-à-vis de l’occupant. Ces données sont essentielles pour pouvoir valoriser ces systèmes low-tech en delà de la France, qui contrairement à d’autres systèmes intelligent, ne nécessitent aucun capteur pour réguler les débits de ventilation.

Pendant ce projet, le Cerema est en charge notamment de la réalisation des campagnes de mesures “Qualité de l’air intérieur” dans des logements volontaires. Pour chacun des logements, pendant 2 semaines, les balises de mesure installées par le Cerema vont mesurer en continu :

  • la température,
  • l’humidité relative,
  • le CO2,
  • les Composés organiques volatils (COV) légers, 
  • les particules (PM10, PM2.5 et PM1)
  • le Formaldéhyde.

DES CAMPAGNES DE MESURE ET DES ENTRETIENS AVEC LES HABITANTS

Une balise est installée dans la pièce de vie principale du logement, et une deuxième balise réalise les mesures dans la chambre parentale. Chaque balise réalise une mesure pour chaque paramètre toutes les 10 min.

Afin d’avoir des valeurs extérieures de référence, le Cerema a également installé une balise extérieure sur le toit de l’immeuble. La première campagne sur l’immeuble de Paris a été réalisée en novembre-décembre 2021 sur 7 logements. La campagne a débuté sur l’immeuble de Villeurbanne en février 2022, et se poursuit jusqu’à fin mars 2022. 

Durant ces deux semaines de mesure, les occupants sont invités à remplir un carnet de bord de leur activités génératrices de polluants, comme le ménage, l’utilisation de cosmétiques, la cuisine… mais aussi leur habitudes d’aération en renseignant les ouvertures de fenêtres. Ces informations sont indispensables pour pouvoir analyser correctement les résultats des mesures. Le Cerema a donc réalisés un travail à la fois : 

  • Technique pour identifier les informations nécessaires 
  • Relevant de la psychologie sociale pour rédiger un document accepté par les occupants 
  • Graphique pour faciliter le remplissage du carnet de bord.

A la fin des deux semaines de mesure, le Cerema réalise dans chaque logement un entretien avec les occupants, afin de comprendre ce qu’ils connaissent de leur ventilation, comment ils l’utilisent, ce qu’ils ressentent de leur qualité d’air intérieur, et compléter les informations du Carnet de Bord. 

Une deuxième campagne de mesure Qualité d’Air Intérieur sera réalisée pendant l’hiver 2022-2023 sur les mêmes logements. En parallèle de ces campagnes, des mesures sont réalisées en continu au niveau des différents éléments de la ventilation (notamment dans les logements, dans les bouches d’extraction et dans les entrées d’air) afin de pouvoir comprendre comment fonctionne aujourd’hui la ventilation et si elle suffit pour garantir, pour une utilisation normale des logements, une bonne évacuation des polluants.

VERS DES SYSTÈMES DE VENTILATION HYGRORÉGLABLE DANS LES LOGEMENTS DE DEMAIN ?

Le projet Performance, grâce à une analyse croisée approfondie de tous ces résultats de mesures et d’entretiens, devra caractériser la durabilité et la robustesse de ces systèmes de ventilation hygroréglable pour ces deux bâtiments, caractérisation inédite et essentielle pour préconiser ce type de ventilation comme ventilation intelligente à installer dans les logements demain.

Ce projet mobilise les membres de différentes équipes du Cerema : l’équipe recherche BPE (Bâtiments perforants dans leur environnement), le groupe Bâtiments – Isle d’Abeau et le groupe Bâtiments – Autun du Cerema Centre-Est, le groupe Bâtiment du Cerema Île-de-France, le groupe Bâtiment, énergie durable et le groupe Air, bruit, vibration du Cerema Hauts-de-France, l’équipe de recherche PSYCAP (Psychologie appliquée) du Cerema Ouest. 

Informations projet Performance 2 : Les partenaires du projet, subventionné par l’ADEME dans le cadre de l’appel à projet “Vers des bâtiments responsables – édition 2020”, sont le Cerema (coordinateur), Aereco, Anjos et le LOCIE- Université Savoie Mont Blanc. Ce projet est réalisé avec la collaboration de Paris Habitat et Lyon Métropole Habitat, et grâce à l’implication volontaire des occupants des logements instrumentés. 

Source :  Construction21 France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *